Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 17:08

Message de Mgr le duc d'Anjou

pour le 216ème anniversaire

de la mort du Roi Louis XVI.



 

Mon Cousin [M. le duc de Bauffremont],
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis.

Les années passent et ne se ressemblent pas. Certaines sont plus joyeuses que d'autres. Le monde change mais certaines fidélités demeurent, telles que celle qui nous réunit pour le 216ème anniversaire de la mort du Roi Louis XVI.
Dans l’époque de crise que nous vivons, où beaucoup de fausses certitudes d’hier sont en train d’être remises en cause, quel beau symbole de voir que nous savons encore nous retrouver autour de valeurs. En effet, au-delà de la personnalité si attachante de Louis XVI, notre premier devoir est un devoir de mémoire et de fidélité aux valeurs et aux principes incarnés par la royauté française. Telle est aussi la Mission que se donnent toutes les associations, groupes et organismes qui, comme l’Institut de la Maison de Bourbon se sont voués à cet objectif et que je tiens à remercier pour leur inlassable activité.
Louis XVI par son sacrifice, mais aussi par sa vie qu’il a essayé de consacrer totalement au bonheur de son peuple reste pour nous tous un exemple. La lecture de son testament à la fois spirituel et politique doit toujours nous servir de méditation.
Rappelons nous ses ultimes paroles, invitation à la bienveillance et au pardon. Par delà la douleur et la solitude qui furent les compagnes de ses derniers jours, il nous a fermement invités, comme son fils à qui il s’adressait, à «oublier toute haine et tout ressentiment ». Nous devons méditer ses paroles empreintes de respect humain et de tolérance. Dans le monde si dur et souvent si plein de pessimisme dans lequel nous vivons, ce message nous éclaire et nous renforce.
Il doit nous encourager à conserver les repères que nous ont laissés nos aïeux, repères qui deviennent si importants au moment où le monde semble en manquer. Notre chance n’est elle pas de posséder une tradition vieille de mille cinq cents ans sur laquelle notre pays est construit ? Tradition qui s’incarne dans une famille dont j’assume actuellement les devoirs.
Aucun de nous ne sait ce que sera demain, mais nous savons, en revanche, tous que cet avenir sera ce que nous en ferons, sans place à la fatalité. Il est ce que notre volonté voudra qu’il soit. Tel était bien aussi le message de Louis XVI qui, en dernier ressort, s’en est remis à la France dont il souhaitait qu’elle retrouve le sens de ses valeurs et de sa tradition.
En ce début d’année, la Princesse Marie Marguerite, notre fille la Princesse Eugénie, et moi-même, nous vous assurons de tous nos souhaits pour notre Pays, pour vos familles et pour tous les Français éprouvés en grand nombre par les temps instables que nous traversons.
Que tous les saints de France, que saint Louis, continuent à protéger la France afin qu’elle demeure la grande et puissante nation édifiée par la sagesse et la patience des Capétiens.

Louis de Bourbon
Duc d’Anjou
18 janvier 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Rouillon
commenter cet article

commentaires

Denis BATAILLE 29/01/2009 20:08

Merci
Messieurs,
voulez-vous avoir l'amabilité de prendre connaissance du dossier de presse joint, et s'il vous plait, de passer un court avis, puisque ayant été chassé de la salle polyvalente de mon village (où ma famille ne paie des impôts que depuis 1929!!!) je dois informer DU CHANGEMENT DE LIEU ceux, nombreux, qui sont en possession du tract distribué lors des messes du 21 janvier.
avec mes remerciements anticipés,
bien courtoisement,
in Xristo,
Denis BATAILLE
ps à votre intention personnelle: au cours de la discussion où l'on m'a signifié mon interdiction, et pour répliquer à la "reduction ad Hiltlerum", j'ai évoqué le génocide vendéen, principalement parce que l'adjoint chargé de la culture est vendéen et a trouvé dans sa généalogie une anc^tre enceinte, éventrée par la baïonnette des bleus...
La réponse a été: Mais enfin, on ne doit pas évoquer les sujets qui fâchent!!! 
DOSSIER de PRESSE
 
 
Le 21 janvier 1793, la république est née dans le sang : le sang du roi Louis XVI.*
 
Le 21 FéVRIER 2009, nous nous réunirons à Couilly Pont aux Dames, près de Paris,  pour nous poser la question :
 
« FAUT-IL CANONISER LOUIS XVI ? »
 
si elle paraît provocante, elle s’appuie pourtant sur plusieurs faits :
et en premier lieu sur la déclaration de Sa Sainteté Pie VI, lors d’un Consistoire secret, le 17 juin 1793  : « Qui pourra jamais douter que ce Monarque ait été principalement immolé en haine de la Foi et par esprit de fureur contre les dogmes catholiques ».
et «Nous célébrerons (une messe) avec vous pour le repos de l’âme du Roi Louis XVI, quoique les prières funèbres puissent paraître superflues quand il s’agit d’un chrétien qu’on croit avoir mérité la palme du martyre, puisque Saint Augustin dit que l’Église ne prie pas pour les martyrs, mais qu’elle se recommande plutôt à leurs prières… »
 
Mais, pour autant le Pape n’a pas immédiatement introduit sa cause. Il est vrai que nous ne sommes pas dans notre ère de surmédiatisation où l’on sait dans les minutes qui suivent quel écrivain ou chanteur a fait une chute de vélo au Bengladesh, ou une rupture d’anévrisme à la Mamounia : on a vu sur la place Saint-Pierre, lors des obsèques de Jean-Paul II, des banderoles revendicatives : « Santo subito ! »
 
La cause du roi Louis XVI a été introduite à Rome une dizaine de fois depuis la duchesse de Berry jusqu’aux Girault de Coursac. Elle n’a pas abouti pour l’heure.
 
Les questions que nous poserons à nos intervenants seront :
Le roi a-t-il été un mauvais roi ? et si oui, est-ce parce qu’il était, suivant la tradition française, un roi très-chrétien, et Louis XVI a-t-il transformé cette règle de conduite en « roi TROP chrétien » ? or peut-on être trop chrétien ?
 
 
 
 
 
 
 
Une après-midi consacrée au thème :
 
« FAUT-IL CANONISER LOUIS XVI ? »
 
le samedi 21 FEVRIER 2009
 
(soit un mois jour pour jour après l’anniversaire de l’assassinat du Roi)
à 14 heures précises
au Centre Saint-Paul
12, rue Saint-JOSEPH 75002 PARIS
M° Bourse
 
interviendront (par ordre alphabétique) :
M. l’abbé David BELON
« La dignité du Roi, dans ses derniers instants, d’après deux des derniers témoins :
François Huë et Jean-Baptiste Cléry »
 
Yves CHIRON,
auteur de « Enquêtes sur les Canonisations », étant empêché,
nous fait parvenir un texte qui sera communiqué. 
Pierre JEANTHON
« Les principales réformes de Louis XVI »
Bernard LA TOUR
« La suite des événements du 13 Novembre 1792
(début de la discussion du rapport Mailhe à la Convention), jusqu'au 17 Janvier 1793 
(la Convention annonce la peine de mort par 387 voix contre 334)
 
M. l’abbé Guillaume de TANOÜARN
« La responsabilité de Fénelon et de son « Télémaque » dans la formation
du caractère du Roi»
 
Le Père Wladimir YAGELLO
« La canonisation du tsar Nicolas II »
(à laquelle il a assisté à Moscou)
 
Table Ronde conclusive:
« Faut-il canoniser Louis XVI ?» animée par Guillaume de TANOÜARN
 
Messe chantée de Requiem
Cocktail (participation aux frais : 10 €uros)
Réservation indispensable 01 60 04 13 36
Merci d’insérer
en association avec Présence Royale en Brie Champenoise,
France Royaliste &  Présence du Souvenir Bourbonien en Brie & Champagne   
 

ATTENTION :
Cette opération, programmée en Seine & Marne, a été déplacée, aux mêmes date et heure  pour des raisons indépendantes de notre volonté. Merci de le signaler afin que personne, malgré l’obligation de réservation, ne se présente à la salle initialement prévue pour son déroulement.




* Il est piquant de considérer le « logotype » actuel de la république française, puisque nos politiques nous vendent les institutions comme des lessives : alors qu’il a été dessiné sous la gauche, en 1999, Jospin étant hôte de  Matignon,  notre  femme-fétiche est tournée vers la droite ? étonnant, non ? Et pourtant ;  regardez bien la symbolique des couleurs  (involontaire ou perverse de la part du créatif): on voit notre Marianne boire le sang…et tourner le dos au ciel ! Marianne : Marie et Anne, mère de Marie !